Accueil » L'épopée de Zandira » Combien a coûté notre boutique en ligne ?

A la faveur d’une interview pour un magazine tourangeau, nous dissertions avec nos interlocuteurs de l’expérience de notre blog, et de la notion de partage et/ou de mise en garde qu’il pouvait y avoir concernant les futurs e-commerçants. Au delà de nos produits, c’est bien cette mise à nu et ce partage qu’ils ont loués à la lecture de notre blog. Autant vous dire que ça booste, et que ça donne envie de partager encore plus, y compris sur des sujets pas forcément faciles, surtout quand ils parlent d’argent.

Une question revient souvent sur les forums ou dans les discussions de la vraie vie. Combien ça coûte de monter un e-commerce ? Alors même si la question n’est certainement pas suffisante et très réductrice quand on souhaite lancer une entreprise, je vais tâcher d’y répondre en partant de notre expérience. Les budgets sont exprimés en Hors Taxes, ne pas oublier que la TVA en France, sur ce type de projet est de 19,6 % ! :-)

Temps équivalent travail : environ 20 jours pleins (réflexion, mise en place physique de la boutique, photos, rédactionnel …)

A ceux qui me diraient que le temps ne coûte rien, je dirais que nenni ! Ces 20 jours sont autant de temps que nous n’avons pas passé sur nos autres projets, et c’est autant de temps qui vous aurait été facturé si vous aviez fait appel à un prestataire.

Investissement boutique : environ 500€ (noms de domaine, hébergement, illustrateur, modules payants Prestashop, …)

C’est très faible, notamment du fait de l’utilisation d’un CMS gratuit et open source, mais ce n’est pas tout. Nos compétences en interne (optimisation SEO, intégration du design, …) nous ont été précieuses. De plus, il faut reconnaitre que notre boutique ne nécessite pas de développement particulier : elle est on ne peut plus simple.

Investissement matériel : environ 600€ (matériel spécifique aux bijoutiers, comme le baguier, appareil photo digne de ce nom …)

Stock : environ 12.000€

Forcément, il est fonction de ce que l’on vend, mais ne faites pas comme nous, ne le sous-estimez pas à l’ouverture ! Oui notre 1er stock était mal calibré en quantité et tailles des bijoux.

[Important] Ne pas oublier que My Beautiful Company, société éditrice de Zandira existe depuis 2005 : nous avons donc déjà un capital, des locaux, les assurances nécessaires, le matériel informatique, les logiciels indispensables … mis bout à bout, ce n’est plus une paille !

J’en conclue donc, qu’à minima, se lancer dans un e-commerce, c’est un investissement de 20 à 40.000€. J’espère que des professionnels seront en mesure d’infirmer ou de confirmer cette approche, dans les commentaires.

Mais attention, à ce stade, vous n’avez qu’un outil de travail fonctionnel. Votre chiffre d’affaire reste à 0 !

Il faudra bien communiquer, référencer … et ça, c’est encore un budget non négligeable, que vous le fassiez vous-même ou que vous le sous-traitiez. Cet aspect d’un e-commerce est tellement important, qu’il mérite un billet spécifique.

Il vous faudra aussi réussir à vivre pendant la période de lancement, avant que vous puissiez vous servir un minimum de salaire. D’une façon ou d’une autre, il faudra bien financer cette période plus ou moins longue … à moins que vous ne viviez d’amour et d’eau fraîche …

N.B. : La semaine prochaine, j’aborderai le bilan à 1 mois, et autant vous le dire tout de suite : déception, retour sur terre et efforts à fournir seront de mise.

10 Commentaires

  1. Aurélien dit :

    Merci pour ce retour très intéressant ;-)

  2. Sylvain dit :

    Bonjour,

    même si je trouve votre article intéressant, je ne trouve pas vraiment en adéquation avec le titre. Lorsque j’ai vu passé l’article sur twitter je m’attendais à trouver les informations étape par étape du lancement de votre boutique avec les coûts associés. Ce qui aurait été une bonne base pour la plupart des personnes voulant se lancer dans le e-commerce.

    Mais en conclusion on voit que votre investissement est basé sur votre stock (qu’il faut prendre en compte bien sûr) mais qui ne peut pas être indicatif pour d’autres activités. C’est un peu comme prévoir les frais de dépot de statuts de la société ou les frais du comptable etc… Pas lié à la boutique en ligne.

    Pour le coût de la boutique même, la majorité des choses ont été faites en interne (graphisme, référencement, budget adwords, affiliation etc…) Ce sont surtout ses éléments auxquels la plupart des clients ne pensent pas au début.

    En revanche merci de confirmer aux lecteurs qu’une boutique prend du temps et qu’Internet n’est pas « magique » dans le sens où une boutique seule n’a jamais rien vendue.

    Bonne continuation.

  3. Didier dit :

    @Aurélien : merci ! (avec un point d’exclamation :-))

    @Sylvain : Difficile de faire exhaustif, je ne sais d’ailleurs pas si se serait intéressant. En revanche, une partie de mon objectif est dans ta conclusion

    En revanche merci de confirmer aux lecteurs qu’une boutique prend du temps et qu’Internet n’est pas « magique » dans le sens où une boutique seule n’a jamais rien vendue.

  4. Blackat dit :

    Bonjour.

    Il est plaisant de voir un tel témoignage. Trop de gens voient internet comme un « eldorado » ou tout est gratuit, tout « doit marcher » et qui ne se rendent pas compte du travail à accomplir.

    Il est vrai que je ne m’attendais pas à un tel article. A la vue du titre ( déformation pro ?) je m’attendais à avoir une liste étape par étape de tous ce qu’il a était nécéssaire de faire … Enfin cela reste une très bonne contribution, je link de ce pas sur twitter ;)

  5. Sylvain dit :

    Il est certain que l’intégration de l’investissement initial lié au stock peut perturber ceux qui ne voient les choses que sous l’angle du web. Ceux qui se lancent dans le e-commerce devront tout de même le prévoir…

    Mais même de cette manière, je trouve que le retour est intéressant. Si je prends 30000 comme moyenne, puisqu’il est indiqué 20 à 40000, puis que l’on retranche les 12000, on arrive à 18000 euros hors stock.

    Lorsque l’on voit certaines personnes vouloir se lancer avec 3000 euros, ils doivent réaliser que leurs chances de réussite sont extrêmement faibles.

    L’article rappelle aussi très bien que l’on n’arrive qu’à la phase de lancement avec le budget évoqué. Il faudra, comme précisé, prévoir aussi un joli budget pour la suite (référencement, communication, etc.)

    Je comprends les quelques retours twitter que j’ai pu avoir de personnes déçues de cet article. Comme le dit très bien Blackat, c’est sans doute notre déformation professionnelle qui nous fait raisonner ou compter différemment.

    Pour ma part, ce que je trouve très intéressant dans le retour de Zandira c’est qu’il permet effectivement d’appuyer le fait (comme le dit aussi Blackat), que le net n’est pas une corne d’abondance dans laquelle il suffit de se baisser pour amasser les profits. Comme dans la vraie vie, l’investissement initial impacte très fortement le résultat.

    Pour ma part, aujourd’hui, je préfère prendre un crédit énorme pour ouvrir un hypermarché Leclerc, que de jouer petit avec une mini épicerie de quartier. Je sais que dans 10 ans, les retours n’auront rien à voir en terme de rentabilité.

    Que l’on ne se méprenne pas. Je pense qu’il est tout à fait possible d’attaquer des niches avec de petits budgets. Mais 18000, c’est loin d’être un gros budget en e-commerce.

    Je comprends aussi très bien que l’on puisse être très prudent, mais les moyens sont à mettre en face des ambitions.

    Et pour finir, plus généralement, même si cet article peut être jugé maladroit, j’apprécie particulièrement ce principe de retour d’expérience que nous livre Zandira sur ce blog, c’est suffisamment rare pour être souligné.

  6. Didier dit :

    Merci Blackat et Sylvain pour vos contributions

    Il est vrai que les professionnels ou les aguerris peuvent être déçus de la teneur de nos billets. Ceci dit, des approches ultra techniques ou très documentées sur le e-commerce existent déjà sur le net, et sont affaire de spécialistes … que nous ne sommes pas.

    Mon propos et mon envie est plus de partager avec ma voisine, mes parents, l’internaute qui se demande « et si je montais ma boite … », bref, avec des gens qui n’ont pas ou peu d’expérience. Lorsque j’ai monté ma boîte, devant tant d’inconnu, j’ai cherché des témoignages, des réponses simples à des questions simples. Même si chaque expérience est unique et non reproductible, j’aurais aimé lire ce genre de billets, peut-être pour me rassurer. Et fondamentalement, je pense qu’il y a de la place pour ce genre de témoignages … forcément parcellaires et imprécis, mais authentiques.

  7. Guilhem dit :

    Retour très intéressant pour le petit ecommercant que je suis ! Je suis parti avec beaucoup moins souhaitant faire moi même le plus possible mais cela prend rapidement trop de temps pour se concentrer sur la com et la notoriété de son site !
    Merci pour ces articles qui permettent vraiment de réfléchir à la suite de mon projet !
    bonne continuation !
    Guilhem

  8. Sundara dit :

    Bonjour,

    Je voulais écrire un article à ce sujet pour partager mon expérience. Mais vous présentez déjà des chiffres justes, qui dans mon cas vont plutôt vers le haut de la fourchette.
    Merci pour ce témoignage que je partage intégralement.

    P.S. Si si, l’amour et l’eau fraiche sont excellents pour la ligne!

  9. William dit :

    Bonjour,

    Je trouve votre boutique étonnamment rapide pour du Prestashop. Pourriez-vous me dire quel est votre hébergeur (même si il est possible de le voir avec un simple whois…) mais surtout quelle solution avez-vous adopté chez eux? Est-ce un dédié? Un mutualisé?

    Merci d’avance ;-)

  10. Didier dit :

    @William, C’est un serveur dédié infogéré sur lequel il y a plusieurs sites. Je l’avais avant la mise en ligne de la boutique et je n’ai jamais eu de problèmes. Mon prestataire : http://www.hegerys.com/

Zandira - 3 bis rue Condorcet - 37000 TOURS - Tél. : 02 47 64 75 38 - E-mail : contact@zandira.com